From now on https://fromnowon.journalintime.com/ Parce que ma vie commence maintenant... fr 2024-05-28T19:18:00+02:00 https://fromnowon.journalintime.com/La-Contradiction-de-la-liste-Netflix La Contradiction de la liste Netflix Mon ancien appartement me manque, ma barre me manque, le temps que j'avais à disposition et que, je m'en rends compte maintenant que j'en ai zéro, j'ai tellement gaspillé. Faire du sport. Danser...décompresser. Je me sens si...lasse ? Vide ? Je ne profite même pas du fait que Tori aille au lit à 18h30. J'aurais le loisir de faire du sport, bosser les langues, avancer dans les 1000 choses que j'ai en tête. J'y arrive tout simplement pas. En général, je m'enferme dans ma bulle pour lire ou scroller...et on commande à emporter. C'est aux antipodes de moi. J'en ai marre de cette Mon ancien appartement me manque, ma barre me manque, le temps que j’avais à disposition et que, je m’en rends compte maintenant que j’en ai zéro, j’ai tellement gaspillé.
Faire du sport. Danser...décompresser.

Je me sens si...lasse ? Vide ?

Je ne profite même pas du fait que Tori aille au lit à 18h30. J’aurais le loisir de faire du sport, bosser les langues, avancer dans les 1000 choses que j’ai en tête.
J’y arrive tout simplement pas.
En général, je m’enferme dans ma bulle pour lire ou scroller...et on commande à emporter. C’est aux antipodes de moi.

J’en ai marre de cette routine mais en même temps, je n’arrive tout bonnement pas à sortir de ma léthargie. Je ne sais plus où puiser ma force. Je me gâche la vie. Je m’enferme dans un cercle vicieux. Une spirale infernale. Et je m’auto-énerve. Pas de discipline, pas de volonté.

À la limite, si je lâchais prise et que je me disais, 'boh on s’en fout"...mais au lieu de ça, je culpabilise. J’aspire à tellement d’autres choses.

Par exemple.

Je me sens grosse. ÉNORME même. Lourde. Embarrassée par ce corps qui n’est plus le mien après la grossesse.
Mais, dans toutes mes contradictions, je me reconforte dans l’alimentation. Je n’arrive plus à trouver du plaisir à cuisiner. On se fait livrer tous les soirs. Je suis malade quand je vois le budget qu’on met là dedans au détriment d’autres investissements.
Le midi, saoulée par le travail et les collègues, je prends un menu à la boulangerie. Je ne bois pas d’eau mais des litres de café.
Quelque part, je me fais du mal. À petits feux.

Quand j’ai un peu temps, je voudrais faire tellement de trucs.... ! Tellement que je sais plus quoi faire, donc je fais rien.
Écrire ça me coûte. J’en ai marre d’être dans cet état d’esprit.
Un peu comme quand on fait défiler sa liste Netflix pendant 30 minutes sans arriver à se décider et puis finalement, il est trop tard pour regarder un truc.

Plus rien ne va dans ma tête.
J’aimerais être une maman au top, offrir une image puissante à ma fille...
Il y a longtemps, j’étais un modèle pour la nièce de Josh. Son héroïne.
Dans une autre vie.

Comment en suis-je arrivée là ? Qu’est-ce qu’il a bien pu se passer pour que je sombre à ce point ?

Au delà de cette déprime, ou dépression, ou burn-out, si ça se trouve tout à la fois...
Tori grandit et progresse incroyablement !
Là voilà chez les juniors depuis début Mai.

Elle court, elle danse, elle tourne sur elle-même, elle marche à reculons, fait claquer ses chaussures quand elle est dans le hall de l’immeuble.
Les 2 dernières canines sont sorties. Pas que ce soit très utiles car elle continue à avoir beaucoup de mal avec les morceaux. Mais on en a finit avec toutes ces dents pour un long moment ! Il ne nous reste que les 4 dernières molaires.
Bon pour le langage, on repassera. C’est pas son domaine de prédilection. J’adore la regarder s’assoir dans sa petite chaise avec ses livres et tourner les pages seules.
Devant son intérêt, je l’ai inscrite à la bibliothèque. Nous y sommes allées pour la première fois samedi après-midi. Elle a tout retourné. Je lui ai pris 3 livres.

]]>
2024-05-28T19:18:00+02:00
https://fromnowon.journalintime.com/Drapeau-blanc Drapeau blanc Le beau temps me redonne un peu d'énergie bien que j'ai une grosse crève qui peine à guérir depuis 10 jours. Et, ça fait juste un mois que je me dis que je vais aller chez le médecin mais je recule parce que je veux pas être arrêtée, je veux finir certains dossiers. On sort un peu la tête de l'eau avec Josh. On a vraiment vraiment - vraiment -enchaîné. Tori ne nous a laissé AUCUN répit. Depuis Noël, on a eu le droit à la grippe, au covid, à la varicelle (très forte), une otite et 2 dents supplémentaires Nous sommes donc à 14 quenottes. Vivement que ça se termine cette Le beau temps me redonne un peu d’énergie bien que j’ai une grosse crève qui peine à guérir depuis 10 jours. Et, ça fait juste un mois que je me dis que je vais aller chez le médecin mais je recule parce que je veux pas être arrêtée, je veux finir certains dossiers.

On sort un peu la tête de l’eau avec Josh. On a vraiment vraiment - vraiment -enchaîné. Tori ne nous a laissé AUCUN répit.

Depuis Noël, on a eu le droit à la grippe, au covid, à la varicelle (très forte), une otite et 2 dents supplémentaires
Nous sommes donc à 14 quenottes. Vivement que ça se termine cette histoire !

J’ai un paquet écrits à publier…

Autre fait notable ; j’ai commencé un bilan de compétences. J’étais un peu mitigée mais c’est un exercice intéressant.
Je suis complètement à la rue au boulot. J’en peux plus. Je me suis dis que ça me permettrait de me détacher doucement. Mais la vérité, c’est que j’ai besoin de vacances et que j’en ai ras la casquette que la direction soit sur mon dos. Je suis pas la personne à cibler. Mais s’ils veulent me faire partir, ils sont en bonne voie.

]]>
2024-04-12T16:09:04+02:00
https://fromnowon.journalintime.com/Investir-sur-soi Investir sur soi J'ai un zillion de trucs à écrire depuis Noël mais l'essentiel, là, maintenant, tout de suite, c'est que j'ai décidé d'utiliser les crédits de mon compte formation pour entamer un bilan de compétences. Mon côté Balance indécis qui examine tout m'a fait beaucoup hésiter. J'avais peur de me tromper mais finalement, je me suis laissée porter. C'est financé à 100% par le crédit dont je disposais sur mon compte donc même si je me dis que j'aurais pu utiliser ce crédit pour d'autres formations, vraiment concrètes, au moins, je n'ai pas de vraie perte financière. En revanche, y J’ai un zillion de trucs à écrire depuis Noël mais l’essentiel, là, maintenant, tout de suite, c’est que j’ai décidé d’utiliser les crédits de mon compte formation pour entamer un bilan de compétences.
Mon côté Balance indécis qui examine tout m’a fait beaucoup hésiter. J’avais peur de me tromper mais finalement, je me suis laissée porter. C’est financé à 100% par le crédit dont je disposais sur mon compte donc même si je me dis que j’aurais pu utiliser ce crédit pour d’autres formations, vraiment concrètes, au moins, je n’ai pas de vraie perte financière.

En revanche, y a une autre formation pour laquelle j’avais déjà énormément hésité en novembre.
2000 euros. C’est pas rien. J’ai très très envie de me lancer dans cette aventure là. C’est la deuxième fois que j’hésite et que je regrette de ne pas avoir franchi le cap. Mais, ça reste une trop grosse somme d’argent. Ou alors, il faut vraiment que je me fasse violence et que je mette de côté, exprès pour cette formation. Ou alors...Je dépense. Et...je remets de côté après ?
En fait, j’arrive pas à me dire que j’investis sur moi...parce que c’est quand même une petite somme et que ça pourrait aller à nos futures vacances.

]]>
2024-03-01T15:19:56+01:00
https://fromnowon.journalintime.com/Invitation-inattendue Invitation inattendue Les vacances sont enfin là ! J'ai passé 2 journées seules à la maison, même pas coupable de déposer Tori à la crèche le matin et retourner dans le calme du salon -en désordre- juste après. J'avais un planning long comme mes deux bras que je n'ai, évidemment, pas tenu. Au lieu de mettre ce temps à profit pour mes loisirs, j'ai décidé de m'atteler à des trucs pénibles et chiants. Franchement, parfois, je me dis que je suis montée à l'envers. Rangement, tri, classement. Ça fait longtemps que ça traine et jamais je n'aurais eu un créneau suffisamment long pour le faire si Les vacances sont enfin là !

J’ai passé 2 journées seules à la maison, même pas coupable de déposer Tori à la crèche le matin et retourner dans le calme du salon -en désordre- juste après.

J’avais un planning long comme mes deux bras que je n’ai, évidemment, pas tenu.

Au lieu de mettre ce temps à profit pour mes loisirs, j’ai décidé de m’atteler à des trucs pénibles et chiants.
Franchement, parfois, je me dis que je suis montée à l’envers.
Rangement, tri, classement. Ça fait longtemps que ça traine et jamais je n’aurais eu un créneau suffisamment long pour le faire si Josh ne s’occupe pas de Tori.

J’ai mis ses vêtements trop petits en vente sur Vinted. Ils sont partis aussi sec. Remis mon bureau et mes papiers en ordre. Je commence à manquer de place dans mes classeurs. Mon matériel de peinture prend beaucoup d’espace aussi. Me suis remise à jour dans le linge car après le passage triple gastro, c’était vraiment une catastrophe. Donné des livres et des carnets.

Il faut que je me calme avec mes carnets. j’arrête pas d’en acheter parce qu’ils sont jolis. Trop jolis pour être utilisés...En tout cas, pas pour des choses insignifiantes. Sauf que maintenant, j’en ai partout. INUTILES.

Nous partons demain. J’aime les vacances de fin d’année parce qu’on fait rien, je me pose.
Je réfléchis à l’année à venir et ce que j’aimerais accomplir. Je réorganise mon agenda.

Mais cette année, Noël n’a pas la même saveur.

Déjà, la date des vacances est pourrie. Trop tardive. On a eu le temps de rien.

J’adore la période "pré-fête". C’est une religion chez nous.
On mange des friandises, on boit du jus de pommes aux épices chaud, prépare des biscuits, des cartes de voeux, décore la maison, savoure un chocolat chaud, flâne au marché de Noël, va à la patinoire, regarde les illuminations et vitrines, quelques films de Noël traditionnels, ouvre notre case du calendrier de l’Avent, cherche LE cadeau…

Nous n’avons RIEN fait de tout ça. Ça me chagrine énormément. L’impression que le temps s’est écoulé sans moi.

L’année prochaine, Tori sera un peu plus grande, et, j’espère que nous ne serons plus aussi malade (ah oui, parce que tout de suite après la gastro, nous avons eu le privilège de recevoir le COVID. Première fois pour Josh, il a été plus durement touché que moi… On a passé 10 jours assez chaotiques et, miracle de Noël (ou pas), on a retrouvé le goût hier)).

Allez, j’ai du pain sur la planche. Nous prenons la route demain et les cadeaux ne sont même encore emballés !

]]>
2023-12-22T10:49:08+01:00
https://fromnowon.journalintime.com/Sounoisement Sounoisement Hier, j'ai passé une agréable journée. Pourtant, nuit pourrie bis repetita... J'etais dans les bureaux d'une des filiales. C'est la première fois que je réalise à quel point l'ambiance au siège est pesante. Je me suis vraiment rendue compte qu'il y avait comme un poids. Invisible. Sournois. C'était pas le cas avant le déménagement. Je crois que c'est pour ca que j'ai beaucoup plus de difficultés avec mon rapport au travail. Ça et cette pression que me met la DG. Ils n'ont même pas conscience que je réalise l'impossible quasiment tous les jours pour eux avec des délais Hier, j’ai passé une agréable journée. Pourtant, nuit pourrie bis repetita…

J’etais dans les bureaux d’une des filiales. C’est la première fois que je réalise à quel point l’ambiance au siège est pesante. Je me suis vraiment rendue compte qu’il y avait comme un poids. Invisible. Sournois.
C’était pas le cas avant le déménagement.
Je crois que c’est pour ca que j’ai beaucoup plus de difficultés avec mon rapport au travail.

Ça et cette pression que me met la DG. Ils n’ont même pas conscience que je réalise l’impossible quasiment tous les jours pour eux avec des délais toujours plus courts.

Sur une toute autre note, c’est la première année où je suis totalement à la traîne sur Noël. Je n’ai de cadeau pour personne… On a même pas décoré avec Josh.

Je dois me bouger !

J’ai pris 2 jours et demi pour moi. J’ai rien dit à Josh. Ils sont vraiment juste pour moi. C’est mon cadeau de moi à moi-même.

Je me programmerai une virée shopping et un après-midi à l’institut en fin de journée pour rentrer tranquillement vers 17h30 comme d’habitude.

]]>
2023-12-08T14:05:00+01:00
https://fromnowon.journalintime.com/Au-fait Au fait ! Ah oui. Au fait. La gastro ne m'a pas épargnée. Ça a été mon tour le dimanche. Tori a eu un mal de chien à se remettre. Elle a perdu du poids rapidement. Et maintenant, elle a à nouveau la crève... elle nous sort ses pré-molaires en même temps. Elle mange même pas de morceaux ! J'ai hâte de dormir 7h à nouveau. Ah oui. Au fait.

La gastro ne m’a pas épargnée.

Ça a été mon tour le dimanche.
Tori a eu un mal de chien à se remettre.
Elle a perdu du poids rapidement.
Et maintenant, elle a à nouveau la crève… elle nous sort ses pré-molaires en même temps. Elle mange même pas de morceaux !

J’ai hâte de dormir 7h à nouveau.

]]>
2023-12-05T22:26:06+01:00
https://fromnowon.journalintime.com/Echappatoire Échappatoire Cela faisait longtemps que je n’avais pas ressenti un si grand vide après avoir terminé un roman. Ça faisait longtemps que je n’avais pas lu de roman. Tout simplement. C’est une saga. Je m’en suis rendue compte alors que j’étais déjà à un stade avancé dans l’intrigue. A Court of Thorns and Roses. Un romtasy assez classique (et apparemment très connu mais dont je suis passée complètement à côté, je devais avoir mieux à faire en 2015). La prisonnière qui s’éprend de son geôlier, souffrant d’une terrible malédiction… J’ai été prise par les multiples Cela faisait longtemps que je n’avais pas ressenti un si grand vide après avoir terminé un roman.
Ça faisait longtemps que je n’avais pas lu de roman. Tout simplement.
C’est une saga. Je m’en suis rendue compte alors que j’étais déjà à un stade avancé dans l’intrigue.

A Court of Thorns and Roses.

Un romtasy assez classique (et apparemment très connu mais dont je suis passée complètement à côté, je devais avoir mieux à faire en 2015). La prisonnière qui s’éprend de son geôlier, souffrant d’une terrible malédiction…

J’ai été prise par les multiples rebondissements mais je reste assez mitigée sur le style d’écriture - je trouve que les descriptions n’ont ni queue ni tête, je n’arrive même pas à imaginer les personnages - et les scènes érotiques m’ont dérangée. L’héroïne subit quand
même des violences sexuelles qui sont tout juste banalisées. Elle se fait droguer et violer toutes les nuits mais tout va bien, vu qu’elle se souvient de quasiment rien le lendemain matin. Youhou.

Bref. Je l’avais emprunté mais ils ont pas le deuxième tome…et mine de rien, j’ai envie de connaître la suite.

C’est un échappatoire à ma vie un peu morne de ces derniers temps.

Ça m’a fait un bien incroyable de lire une fiction. Mais c’est ennuyeux car, quand je suis prise dans un truc, j’ai envie de ne rien faire d’autre. Je suis carrément à fond, rien ne peut plus m’arrêter.

Donc, oui, ma vie est un peu morne.

J’ai beaucoup de mal à apprécier le temps que je passe avec Tori parce que je ne fais rien d’autre.
Je crains de révéler à Josh la raison de ma tristesse le week-end quand il m’interroge.

J’ai un visage très expressif. Les émotions se lisent beaucoup trop facilement sur moi…Je peine à faire illusion. Il sait qu’il y a un truc qui cloche.

J’ose à peine me l’avouer à moi-même.

Passer 24h à gérer exclusivement ma fille m’emmerde.

Je ne profite pas de ces moments. Je ne suis plus rien d’autre qu’une maman assise par terre qui surveille / joue avec sa fille pendant 2h jusqu’à sa prochaine sieste - quand elle veut bien la faire.

Josh me rabat les oreilles que je pourrais la laisser être autonome…
Et… qui l’empêchera d’aller toucher les prises électriques, la fontaine à eau du chat, la récupèrera quand elle nous fait des cascades avec son chariot de marche, mange les chaussons, tire la queue du chat ?

Les activités que j’aimerais mener demandent de la concentration. Les sollicitations inopinées de Tori alors que je peins me dérangent.

Alors, je ne fais rien.

Pendant ce temps, Josh décide d’aller se balader 1h sous le soleil, part faire du shopping toute la matinée, s’amuse en ligne avec son frère… Je me sens prise au piège de cette vie.

Je n’ai aucun espace pour respirer.

Dimanche, j’ai eu le droit d’avoir 40 minutes à moi dans la salle de bain sans qu’il vienne me trouver avec Tori.
Bon, déjà, c’était après être restée plus d’une heure avec un teesh et un pantalon souillés d’urine parce qu’au moment de rentrer dans la baignoire, Tori m’a fait pipi dessus et Josh, trop occupé à faire je ne sais quoi, ne pouvait pas me relayer pour qu’au moins, j’enlève mes vêtements.

Je savais exactement pourquoi j’avais ce répit.

Y avait un événement Pokémon et il prévoyait de sortir la moitié de l’après-midi pour en profiter. Il me l’a dit au dernier moment, mais j’en étais sûre.

“Ça te dérange pas ?”

Qu’est-ce que j’aurais pu répondre à ça ? Si. Ça me dérange parce que c’est encore moi qui me tape Tori.

Je m’en veux de penser à ma fille comme d’un fardeau.
Elle ne le serait pas si je ne m’oubliais pas totalement, si je retrouvais un semblant des activités qui me faisaient vibrer.

Il est évident que je n’aurais jamais la paix à la maison. Il me faut une activité extérieure.

Je déteste courir mais je vais le faire quand même le week-end.

]]>
2023-12-05T22:15:00+01:00
https://fromnowon.journalintime.com/Rotavirus-nullissime Rotavirus nullissime. Jeudi, Tori est tombée sur la tête. De retour à la maison, elle vomissait. Appel au samu "il faut venir aux urgences pediatriques". Une fois sur place, nous faisons le constat alarmant des parents qui viennent parce que leur enfant de 9 ans tousse un peu... Heureusement, y avait pas grand monde...l'hôpital est à 10 minutes de la maison mais il est tellement miteux... 1h30 plus tard, nous étions de retour à la maison. Rien d'alarmant. Peut-être une quinte de toux qui l'a fait vomir. Bon. On doit la surveiller toute la nuit quand même. 3h. Josh se lève en sursaut et va vomir. Il Jeudi, Tori est tombée sur la tête.
De retour à la maison, elle vomissait.
Appel au samu "il faut venir aux urgences pediatriques".

Une fois sur place, nous faisons le constat alarmant des parents qui viennent parce que leur enfant de 9 ans tousse un peu… Heureusement, y avait pas grand monde...l’hôpital est à 10 minutes de la maison mais il est tellement miteux…

1h30 plus tard, nous étions de retour à la maison.

Rien d’alarmant. Peut-être une quinte de toux qui l’a fait vomir. Bon. On doit la surveiller toute la nuit quand même.

3h. Josh se lève en sursaut et va vomir.
Il ne s’arrête pas jusqu’à 5h…

Je dépose Tori à la crèche, en retard.
Je dois passer au parking souterrain récupérer les clés du boulot de Josh, je ne trouve pas de place pour me garer...j’arrive à 8h50 au bureau pour une reunion avec la DG à 9h...La crèche m’appelle à 11h30 pour me signaler que Tori a vomi son repas. Puis à 12h30, selles liquides.

Je la récupère à 13h. Pas de place pour le garer devant la maison, je suis obligée de laisser la voiture devant la forêt.

Josh est amorphe dans le canapé. Vidé au sens propre comme au figuré.

Journée...difficile.
Depuis quand n’ai-je pas eu une journée facile ? Agréable ?

Nous sommes samedi. J’ai dormi 7h d’affilées et ça m’a fait un bien incroyable !! ! Ne jamais sous-estimé une bonne nuit de sommeil.
Le reveil à 5h43 a piqué un peu mais on a connu pire.
Pourtant, le week-end s’annonce, encore une fois, nullissime…

]]>
2023-11-11T10:25:00+01:00
https://fromnowon.journalintime.com/2023-11-09-09-56-00 Toussaint et un début novembre mouvementé On est à nouveau tous malades. La barbe. Y a une épidémie à la crèche à laquelle s'est ajoutée des conjonctivites. Tori a été en vacances avec son Papa pour une petite semaine. Les 2 premiers jours, elle a récupéré et dormi énormément. La crèche l'épuise, elle est malade toutes les 3 semaines et elle n'y dort pas hyper bien depuis qu'elle est dans le dortoir, ça m'attriste. Nos soirées sont difficiles parce qu'elle est fatiguée et énervée. Et moi, j'angoisse. Encore. Je me rends compte que je me sens souvent malheureuse. Parfois, je suis sur les nerfs aussi. Il y a les On est à nouveau tous malades. La barbe.

Y a une épidémie à la crèche à laquelle s’est ajoutée des conjonctivites.
Tori a été en vacances avec son Papa pour une petite semaine.
Les 2 premiers jours, elle a récupéré et dormi énormément. La crèche l’épuise, elle est malade toutes les 3 semaines et elle n’y dort pas hyper bien depuis qu’elle est dans le dortoir, ça m’attriste. Nos soirées sont difficiles parce qu’elle est fatiguée et énervée.

Et moi, j’angoisse.
Encore.
Je me rends compte que je me sens souvent malheureuse. Parfois, je suis sur les nerfs aussi. Il y a les restes des journées de travail qui m’ont bien saoulées mais aussi, le fait que la soirée ne se deroule pas très bien depuis plusieurs semaines maintenant.

J’en veux beaucoup à Josh. Je sais même pas vraiment pourquoi parce qu’il fait des efforts monstrueux.

La vérité, c’est qu’on a plus de vie, on se voit à peine la semaine, nos moments à deux sont quasi-inexistants. C’est vraiment dur. Un bébé, quand on a un travail prenant, ça met le couple à rudes épreuves.

Je suis allée voir quelqu’un, un peu comme John Coffey, like the drink but not spelled the same.
C’était une expérience un peu curieuse. Il a senti qu’une crise approchait.
Et, étrangement, je savais que j’en étais pas loin. J’essaie d’être plus à l’écoute de mon corps, même je ne lui laisse pas beaucoup de place dans mon quotidien.
Le point de rupture était tout proche parce que je dors que quelques heures par nuit et que j’enchaîne les journées. Ça faisait des jours que j’avais des acouphènes.
Il a également ressenti très nettement ma fatigue. En même temps, elle se voit comme le nez au milieu de la figure.

Je dois y retourner dans 3 semaines. Je pensais faire un rapide aller-retour mais la ligne est en travaux et je ne me sens pas capable de conduire 6h d’un coup. Alors, j’hésite. Mais je ne devrais pas. Je dois tout faire pour aller mieux parce qu’on est une famille maintenant. Mon bébé a besoin de sa maman. Et d’une maman heureuse, ce serait mieux…

Et puis...mardi, nouveau signal d’alarme de mon corps.
Énorme éruption cutanée. Une crise d’urticaire aiguë assez sévère pour que je sois obligée de consulter et prendre des antihistaminiques. Le verdict du médecin est une crise liée au stress et à la fatigue. Je ne me trouve pas plus stressée ni fatiguée que d’habitude. Mais, ça dure.
Ce n’est plus juste quelques jours. Ce sont des semaines, voire des mois...
Josh dit John Coffey a transformé les convulsions en problème de peau.

En attendant, je rêve de passer une semaine à l’hôtel. Même juste une nuit.
La perspective de dormir plus de 5h d’affilées serait un véritable luxe.

]]>
2023-11-09T09:56:00+01:00
https://fromnowon.journalintime.com/2023-10-16-14-05-00 Un café dans le silence Le moins qu'on puisse dire c'est que je n'ai pas vu ce mois de Septembre passer ! Tori a percé 3 nouvelles dents supplémentaires, marche à 4 pattes, se tient debout et assise. Des progrès fulgurants ! Là, elle recommence à être un bébé difficile. Elle ne veut plus faire de sieste, elle ronchonne. Je crois que le pic des 9 mois est là. Josh a enfin eu la promotion tant espérée. Je suis contente. il le mérite tellement. Il s'épanouit au travail. Quand il rentre, il est heureux de me parler de ses accomplissents de la journée. C'est chouette de le voir comme ça. La seule ombre Le moins qu’on puisse dire c’est que je n’ai pas vu ce mois de Septembre passer !

Tori a percé 3 nouvelles dents supplémentaires, marche à 4 pattes, se tient debout et assise.
Des progrès fulgurants ! Là, elle recommence à être un bébé difficile. Elle ne veut plus faire de sieste, elle ronchonne.
Je crois que le pic des 9 mois est là.

Josh a enfin eu la promotion tant espérée. Je suis contente. il le mérite tellement. Il s’épanouit au travail.
Quand il rentre, il est heureux de me parler de ses accomplissents de la journée. C’est chouette de le voir comme ça.

La seule ombre dans notre tableau, c’est le menu temps qu’il nous reste à la fin de la journée pour être avec Tori. Notre temps personnel n’existe plus.
Et encore, Tori va au lit autour de 18h30. On est chanceux.
Non.
Je devrais plutôt dire qu’on est des super parents. J’ai hyper bien géré son sommeil. J’ai tenu tête à tout le monde et j’en suis bien contente.

Les gens sont toujours surpris par cette heure mais en vérité, on doit partir à la crèche à 7h30 pour que je sois au bureau à 8h. Tori se reveille en général autour de 6h30. C’est un rythme soutenu le matin. Difficile.

La dernière fois que j’ai eu un tel rythme c’était au lycée, contrainte par le bus qui passait à 7h10 dans une commune voisine.

Et puis, y a le rendez-vous avec le neurologue qui plane au dessus de moi. Il est probable que j’ai déclaré une forme d’épilepsie. Et, comme je suis incroyablement stressée et angoissée par la vie en ce moment, ça n’arrange pas trop les choses. J’ai eu un nouvel épisode d’évanouissement au début du mois. J’étais seule donc je ne sais pas ce qui s’est réellement passé...Juste qu’avec les hématomes que j’ai eus, ma chute a dû être violente.

Le plus dur, franchement, c’était pas les 3 premiers mois post partum...c’est la suite, avec la reprise du boulot.
Entre la charge domestique et le temps parental, je m’oublie. J’arrive plus à rien.

J’ai beau me répéter que mes activités sont temporairement terminés, le week-end reste un moment difficile. C’est vraiment là que je réalise qu’entre le domestique et la charge parentale, le temps que je consacre à moi-même est...inexistant.
J’ai beau faire et refaire mon agenda, je suis épuisée et le temps que je réussis à me libérer est très souvent passé à...boire mon café sur le canapé dans le silence.

]]>
2023-10-16T14:05:00+02:00
https://fromnowon.journalintime.com/Potentiel Potentiel Tori a percé sa première dent, ça y est ! Franchement, on a quand même beaucoup de chance d'avoir un bébé calme et souriant. Elle a été grognon ces derniers jours mais rien de dramatique. En tout cas, c'était largement gérable après tous les pleurs de décharge que nous avions enduré les premiers mois. Je ne me souviens plus si je l'ai écris quelque part mais elle se met aussi à 4 pattes depuis 3 bonnes semaines. Elle n'a pas encore la force nécessaire pour avancer et coordonner ses mouvements. Ça nous laisse un peu de répit...! Même si, elle rampe déjà très bien. Je Tori a percé sa première dent, ça y est !

Franchement, on a quand même beaucoup de chance d’avoir un bébé calme et souriant. Elle a été grognon ces derniers jours mais rien de dramatique. En tout cas, c’était largement gérable après tous les pleurs de décharge que nous avions enduré les premiers mois.

Je ne me souviens plus si je l’ai écris quelque part mais elle se met aussi à 4 pattes depuis 3 bonnes semaines. Elle n’a pas encore la force nécessaire pour avancer et coordonner ses mouvements. Ça nous laisse un peu de répit... ! Même si, elle rampe déjà très bien.

Je continue à réfléchir à mon avenir professionnel. Je m’endors même tous les soirs en y pensant.
J’avais étudié assez longuement un projet. Ce matin, j’ai utilisé un petit outil astucieux pour détecter le potentiel de mon activité et je suis tombée sur la concurrence. Le syndrome de l’imposteur m’a frappé de plein fouet. Tout le monde me dit que ce que je fais est super mais j’ai aucune formation.
Je me raisonne… Je dois quand même essayer. Et pas faire comme d’habitude, un truc vite fait bien fait que je vais laisser à l’abandon car la peur prendra le dessus puis me dire que si je m’étais réellement donné les moyens, j’aurais peut-être réussi à tirer quelque chose.

En fait, ce qui est ennuyeux quand tu decides de vendre des choses matérielles, c’est que, si un jour ça cartonne, il faut voir grand. Bon...disons que d’ici à ce que je vende réellement des centaines de trucs, j’aurais eu le temps d’y réfléchir.

]]>
2023-08-21T12:26:49+02:00
https://fromnowon.journalintime.com/A-la-mi-aout À la mi-août Nous voilà déjà en Août, plus de la moitié de l'année est passée et...j'ai un sentiment d'inacompli. Pourtant, j'ai fait un sacré truc. Donné la vie et m'occuper d'un petit être totalement dépendant de moi. Repris le boulot dans une phase de transition pour l'entreprise et bientôt...un peu trop vite à mon goût, je vais devoir conduire. 4 ans que je n'ai pas touché un volant. Je m'étais dis que j'allais m'exercer pendant le désert de l'été en faisant le tour du quartier. Mais...j'ai tellement repoussé les réparations de ma voiture parce que j'appréhendais de reprendre le Nous voilà déjà en Août, plus de la moitié de l’année est passée et...j’ai un sentiment d’inacompli.
Pourtant, j’ai fait un sacré truc. Donné la vie et m’occuper d’un petit être totalement dépendant de moi. Repris le boulot dans une phase de transition pour l’entreprise et bientôt...un peu trop vite à mon goût, je vais devoir conduire.
4 ans que je n’ai pas touché un volant.
Je m’étais dis que j’allais m’exercer pendant le désert de l’été en faisant le tour du quartier. Mais...j’ai tellement repoussé les réparations de ma voiture parce que j’appréhendais de reprendre le volant que...me voilà au pied du mur.
Une chose qui ne m’arrive jamais.

--------- // 15 Août

Chez mes beaux-parents, ça devient compliqué… Ils sont trop stressant.
Je n’avais jamais vu parce que je crois qu’elle a toujours fait un peu attention en ma présence mais ça fait 11 ans que je suis dans cette famille, et je réalise seulement maintenant que ma belle-mère est une vraie tortionnaire. Je disais à Josh qu’il exagèrait… il a largement diminué les choses en réalité !
Je comprends tant de choses sur Josh quand je vois sa famille. Cette colère permanente, ce sentiment d’insécurité. Il s’est toujours senti lésé. Il a tout le temps le sentiment que je l’accuse de quelque chose mais c’est normal, sa mère n’arrête pas de critiquer absolument tout. Rien n’est suffisamment bien pour elle.

J’ai envie de rentrer et de profiter de mes vacances. J’ai presque même pas envie que mes parents viennent... !

‐------
Toujours le 15 Août

Nous voilà rentrés à l’appart. Dans lequel je ne me sens pas vraiment chez moi. Pas du tout, même.
Cet appart est chouette. Bien situé, hyper bien isolé, plus grand, plus moderne...mais y a pas de rangement.
2 pauvres placards… Je ne retrouve rien. Dès que je veux faire quelque chose, je dois tout déballer. Si bien que...la flemme...donc je fais rien...
Et comme toujours quand je rentre de chez mes beaux parents, j’ai envie de vide. Plus que ça. J’ai BESOIN de vide.
Leur maison est étouffante de bibelots et autres ramasse poussière.

Du coup, j’ai commandé des tonnes de petites boîtes de rangement pour tout et n’importe quoi. J’espère avoir un peu de temps quand mes parents vont venir à la maison.

--------// 18 Août

Mes parents sont arrivés. Ils ont réservé un air bnb dans l’immeuble d’en face. C’est génial parce que ça nous évite d’avoir des difficultés à circuler dans l’appartement, ils dorment plus confortablement, pas de lessives à faire à leur départ. On est pas en galère d’espace pour une fois.

Nous sommes allés déposer ma voiture au garage… 2400 euros de réparation. Voilà qui est motivant pour s’en servir réellement tous les jours.
Je déteste conduire mais ça devient indispensable. J’ai besoin de gagner du temps, j’ai besoin de pouvoir aller faire les courses vite fait. J’en ai marre d’entendre Josh dire "OK tu conduis ?" parce qu’il a la flemme d’aller en vadrouille le week-end et veut juste rester devant son PC.

Tori dort de mieux en mieux. Je revis.
Elle fait une grosse sieste le matin et en début d’après-midi. En général, elle zappe la petite sieste d’après goûter mais ça permet de la mettre au lit relativement tôt. Notre rituel du coucher fonctionne relativement bien, je suis vraiment contente de ce que j’ai réussi à faire pour le moment.

Retrouver du temps pour faire des bricoles me fait un bien incroyable !
J’attendais rien de mes 10 pauvres jours de vacances. Au final, j’ai quand même un peu de repos. Il faut que je continue à cocher les cases de ma to-do pour me vider la tête avant la rentrée.

Je vais essayer d’avancer encore un peu tant que je peux laisser Tori jouer avec son papy et sa mamie.

]]>
2023-08-18T08:57:12+02:00
https://fromnowon.journalintime.com/Electroencephalogramme Electroencephalogramme J'ai fini par être hospitalisée. Le soir même de mon dernier écrit sur ce journal. Un jour de télétravail, après le bain de Tori, Josh m'a trouvé dans une position extrêmement bizarre, avec Tori dans les bras. Il a rapidement compris que quelque chose clochait sévèrement. Il l'a posé dans son parc et m'a allongé par terre. Ensuite, il a eu la peur de sa vie. Je me suis mise à convulser sur le sol, les yeux révulsés. Je poussais des cris stridents. Tori pleurait. Ma mâchoire était serrée. Quand j'ai fini par arrêter, il a eu le sentiment que je ne respirais plus Paniqué, J’ai fini par être hospitalisée. Le soir même de mon dernier écrit sur ce journal.

Un jour de télétravail, après le bain de Tori, Josh m’a trouvé dans une position extrêmement bizarre, avec Tori dans les bras. Il a rapidement compris que quelque chose clochait sévèrement.
Il l’a posé dans son parc et m’a allongé par terre. Ensuite, il a eu la peur de sa vie.
Je me suis mise à convulser sur le sol, les yeux révulsés. Je poussais des cris stridents. Tori pleurait. Ma mâchoire était serrée.
Quand j’ai fini par arrêter, il a eu le sentiment que je ne respirais plus
Paniqué, il m’a fait un massage cardiaque. Enfin, je suis revenue à moi.
Mais, je ne savais plus rien. Ou j’étais, qui j’étais, la date du jour,...

Je ne me souviens de rien de cet épisode. Pour moi, je suis allée dans le salon avec une Tori fatiguée par son bain dans les bras pour prendre sa tutute et je me suis réveillée avec 3 pompiers au dessus de moi, le visage de Josh inquiet, Tori dans ses bras avec sa petite bouche ouverte de curiosité. Ils m’ont demandé quel jour nous étions, ce que je me souvenais avoir fait. J’ai vu mon PC de boulot, encore ouvert sur la table du séjour. J’ai compris qu’il s’était passé quelque chose...mais c’était un trou noir.
Si je croyais un tant soit peu à une vie après la mort, je suis maintenant sûre que non. Il n’y a rien. Il s’est écoulé 15 minutes qui m’ont paru être un battement de cils.

Ils m’ont embarqué dans leur camion toutes sirènes allumées et conduite à l’hôpital. Juste eu le temps d’envoyer un SMS à la fille de la Présidente pour lui dire de ne pas m’attendre le lendemain matin pour notre rdv.
Tout ce à quoi j’ai pensé pendant ce trajet, c’était que j’avais Tori dans les bras, j’avais peur d’avoir chuté avec elle.
"Ne vous inquiétez pas, votre conjoint a géré." M’a affirmé la pompier.

Je n’ai appris tout cela que bien plus tard, à l’occasion d’un rendez-vous avec le neurologue durant lequel il lui a été demandé de relater les évènements qui ont conduit à mon hospitalisation.

-----
Je viens d’apprendre le décès du bébé de 15 mois d’une fille que je suis depuis une éternité sur Insta.
Ça m’a fait un choc. Elle avait posté y a 3 semaines que son bébé était en soins intensifs et ne donnait plus aucun signe depuis. J’avais un mauvais pressentiment. Elle a fini par annoncer son décès car tout le monde s’inquiétait. J’allais voir son compte quasiment tous les jours dans l’espoir d’avoir une bonne nouvelle.
Je m’étais tellement identifiée et projetée quand elle a déménagé, été enceinte, ses débuts dans l’allaitement, la DME… C’est un des rares comptes insta que je suis que j’ai montré à Josh.
J’arrête pas d’y penser. J’ai parcouru son fil de photos avec un sentiment d’injustice et de vulnérabilité. Je n’arrête pas d’avoir le visage de son bébé devant les yeux avec ses 4 petites dents...et je ne peux pas croire que tout se soit arrêté aussi vite pour leur famille. Ça me rappelle la fugacité de la vie. Rien n’est jamais acquis. C’est angoissant.

C’est chiant ces angoisses de tout et de rien. J’avais pas ça avant. Je ne sais pas d’où ça sort.
Oprah m’a fait remarquer que c’étaient des angoisses inutiles car on ne sait jamais de quoi demain sera fait. J’ai aucun contrôle sur ça. Elle a raison.
Il faut juste que je vive le moment présent. Que je lâche prise. Ne pas penser au futur, à tout ce qui pourrait ou ne pourrait pas se passer...
Certains ressassent le passé, moi, je vais toujours de l’avant mais parfois (souvent), je vois un peu trop loin.
Je fais des plans sur la comète qui servent à rien parce qu’il se passe toujours un truc qui vient contrecarrer mes ambitions.

Bref, depuis cette nouvelle, je me sens mal. C’est trop imprévisible pour une fille comme moi, qui prévoit tout à l’avance. En même temps, je pourrais me faire écraser par un arbre qui tombe au moment où je passe ou je ne sais quoi. Je n’ai pas developpé l’angoisse de marcher près des arbres pour autant (du moins, pas encore !).
En plus, ce qui participe à ce sentiment de malaise, c’est qu’elle ne s’étale pas exactement sur les circonstances (ce que je peux mille fois comprendre hein mais j’ai le sentiment que si je savais ce qui s’était passé et que je pouvais me dire "ok, ça ne m’arrivera pas à moi parce que...", je me sentirais mieux).
Je ne sais pas comment on peut se relever d’une telle épreuve...Je pense à toutes les affaires qu’elle a du ranger, la chambre vide.
J’éprouve un immense sentiment d’empathie. Je sais pas si ce sont les hormones mais ce trop-plein d’émotions est difficile à canaliser.
Je n’arrive pas à me détacher de cette histoire.

Pour en revenir à nos moutons, tout cela a fait écho à mon hospitalisation. Josh a vécu un moment très difficile. Il a cru me perdre. Quand je suis rentrée à la maison, il ne m’a plus lâché d’une semelle. Il me disait qu’il entendait encore mon râle avant de faire le massage cardiaque.

Et, il a réalisé à quel point j’avais tiré encore et encore sur la corde. Le médecin lui a à nouveau rappelé que j’avais besoin de repos. De VRAI repos.
Pas juste de faire une petite sieste par-ci par-là pour essayer d’enchaîner. Mon corps était au bout du rouleau.

J’ai été arrêté 15 jours.

Josh a passé la première semaine à faire une petite partie de ce que je prenais en charge. Ensuite, j’ai repris les rennes sur pas mal de trucs (les courses, les commandes de trucs de bébé, couches, petits pots, rdv pédiatre et compagnie)
Hier, il m’a avoué qu’il en avait marre de ne rien pouvoir faire pour lui, de faire des tâches en boucle. Il sature.
Mais, je ne suis pas sûre qu’il comprenne qu’on doit s’épauler...Il revient toujours au même sujet en boucle.
"Mais les mamans là, y en a plein qui sont mères célibataires...et puis, les femmes font ça depuis des millénaires...comment ça se fait que nous on y arrive pas ?
- On y arrive. C’est juste qu’il faut faire un choix dans ses priorités. Demande à des mères qui enchaînent avec le boulot, qui ont un travail prenant, pas de famille à proximité...Elles font des choses au détriment d’autres, c’est tout."

Après cet épisode, je me suis beaucoup questionnée sur mon job.

Ça fait quand même un sacré bout de temps que j’ai plus la motivation. J’ai changé de boîte en 2019. C’était challengeant. Moi qui me plaignais de m’ennuyer sans cesse, je me retrouvais avec des responsabilités. Sans doute un peu trop pour mes épaules.

Y a eu le COVID et depuis, j’ai plus envie. Pourtant, même s’il y a des tâches redondantes, aucune journée ne se ressemble. Mais, il faut le dire, j’ai un job stressant ou on me demande trop souvent l’impossible.

Hier, j’ai bossé, à mon initiative, sur une présentation à diffuser sur les écrans. J’ai pas vu le temps passer. C’est ça que j’aime faire.
Je crois que, finalement, je ne suis pas faite pour être une exécutante. Au cas où j’avais encore des doutes...j’aime créer.
Je ne sais pas pourquoi je ne me suis pas orientée dans cette direction.

]]>
2023-07-26T08:31:00+02:00
https://fromnowon.journalintime.com/Une-radio-des-poumons-plus-tard Une radio des poumons plus tard. Quand je vois le désespoir dans lequel j'étais à mon dernier écrit, j'ai l'impression que c'était dans une autre vie... Mais non... Deux mois seulement se sont écoulés ! J'ai repris le chemin du boulot une semaine plus tard. J'étais pressée d'y retourner. J'avais le sentiment que j'allais retrouver une vie, profiter un max de mes journées. Je suis arrivée conquérante et deux heures plus tard, je regardais des photos de mon bébé qui me manquait terriblement. À la pause déjeuner, j'ai pas pu m'empêcher d'appeler la crèche pour m'assurer que tout se passait bien. À 16h45 Quand je vois le désespoir dans lequel j’étais à mon dernier écrit, j’ai l’impression que c’était dans une autre vie...
Mais non… Deux mois seulement se sont écoulés !

J’ai repris le chemin du boulot une semaine plus tard. J’étais pressée d’y retourner. J’avais le sentiment que j’allais retrouver une vie, profiter un max de mes journées. Je suis arrivée conquérante et deux heures plus tard, je regardais des photos de mon bébé qui me manquait terriblement. À la pause déjeuner, j’ai pas pu m’empêcher d’appeler la crèche pour m’assurer que tout se passait bien. À 16h45 tapantes, heure où j’ai le droit de partir, je sortais du bureau.

Depuis ma reprise, le boulot me semble dénué de sens, sans intérêt. Je fais...ce qu’on me demande. Rien de plus. Je ne m’investis plus du tout. Je n’arrive même pas à faire mes heures. Heureusement, j’avais cumulé pas mal d’heures supplémentaires quand j’étais enceinte donc je les ai écoulé tranquillement. Mais maintenant, je dois être dans le négatif. Le travail n’a plus AUCUNE importance à mes yeux.

Puis, j’ai été malade tout le week-end de l’Ascension. Yeux qui pleurent, nez qui coule, oreilles qui démangent...je pensais que c’était le pollen qui faisait des siennes. Mais non… car ensuite, ça a été le tour de Tori...(avec la découverte du mouche-bébé, un calvaire). Puis de Josh.
Ils se sont vite remis sur pieds. Mais pas moi.

Et comme toujours, j’ai tiré sur la corde jusqu’à me réveiller un matin bien plus mal que les 3 dernières semaines.
J’avais des douleurs dans la poitrine. Josh avait été assez hermétique à mes plaintes. Il a aidé. Vite fait. Juste assez pour apaiser sa conscience.
Je n’ai pas pu aller travailler ce matin-là. Je suis rapidement montée en température. À 10h, je lui ai envoyé un message pour lui dire que si ça retombait pas, je partais aux urgences. J’étais à 40.5°.
Ça a été la panique à bord. Josh réalise -ENFIN- que je ne suis pas surhumaine. Le médecin me dit que je ne guéris pas car mon organisme est épuisé, il n’arrive pas à lutter contre l’infection. Coup de massue pour Josh, il lui dit carrément qu’il doit prendre le relais pour que je me repose sinon, si aucune amélioration sous 72h, ils m’hospitalisent pour me passer sous perfusion. De toute façon, mon corps ne produit quasiment plus de lait tant il est fatigué (d’ailleurs, je m’en veux beaucoup mais c’est un autre sujet). Les radios des poumons révèlent que j’ai une pneumonie.

Voilà maintenant une petite semaine que je vais mieux.
Je tousse encore, j’ai toujours un peu mal quand je respire mais la guérison fait son chemin. J’ai l’impression de revivre !
On ne se rend jamais compte à quel point la santé est importante que quand on est souffrant.

Quant à Josh, je crois qu’il lui fallait au moins ça pour se rendre compte qu’il ne peut plus continuer sa petite vie comme avant.
Il a été actif à la maison, s’est nettement moins posé devant les jeux vidéos, était tellement plus calme et posé.
Un vrai bonheur de le retrouver et de pouvoir passer du temps avec lui.
J’espère que ça va durer et qu’il ne va pas relâcher ses efforts en voyant que je retrouve la forme.

Il va garder Tori tout le mois de Juillet.

Ce sera moins sportif pour moi de jongler entre crèche, boulot et maison.
Même si le mois de Juillet s’annonce chargé socialement…

]]>
2023-06-26T13:49:26+02:00
https://fromnowon.journalintime.com/C-est-la-que-tout-a-bascule C'est là que tout a basculé Je suis... je sais pas... j'arrive pas à mettre des mots sur mes sentiments ces derniers temps. Déboussolée ? Triste ? Je n'avais pas pleurer comme ça depuis un long moment. Oprah est venue voir Tori l'autre jour. Elle a pleuré dès qu'elle l'a vue au dessus de son berceau puis a été ronchon tout l'après-midi. Dans le même temps, Oprah s'est plainte d'à peu près tout. Qu'elle était débordée (alors que franchement, je l'ai aidée à y voir plus clair dans ses tâches, elle a rien à faire, en une demi-journée elle peut tout boucler), de ses travaux qui n'en finissent pas Je suis… je sais pas… j’arrive pas à mettre des mots sur mes sentiments ces derniers temps.

Déboussolée ? Triste ?

Je n’avais pas pleurer comme ça depuis un long moment.

Oprah est venue voir Tori l’autre jour.
Elle a pleuré dès qu’elle l’a vue au dessus de son berceau puis a été ronchon tout l’après-midi.

Dans le même temps, Oprah s’est plainte d’à peu près tout.
Qu’elle était débordée (alors que franchement, je l’ai aidée à y voir plus clair dans ses tâches, elle a rien à faire, en une demi-journée elle peut tout boucler), de ses travaux qui n’en finissent pas alors que sa crémaillère est en juin, de ses milles et un voyage à organiser, qu’elle n’a pas assez d’argent, qu’elle doit faire attention en courses. Elle est à nouveau sur son labrador et finalement, un bébé quand même. C’était fatiguant de l’écouter. Je n’ai plus la patience.

Samedi, c’était une journée comme toutes les autres ces derniers temps…

Mais alors dimanche...l’enfer.

Déjà, j’ai passé une nuit atroce.
Le vent soufflait dans les volets, Josh faisait que de ronfler mais surtout, surtout, le chat a foutu un bordel monstrueux.

Je sais pas si c’est la chute d’hormones qui fait son œuvre mais ça m’a tapé sur le système. Il m’a poussé à bout. Je me suis levée plusieurs fois en l’entendant pleurer dans le salon, suis restée avec lui une bonne trentaine de minutes à 3h du matin pour le caliner, le regarder manger ses croquettes...Et, il n’arrêtait pas.

Dès que je retournais me coucher et commençait à me rendormir, il faisait claquer les portes pour qu’on se lève… D’habitude, je m’en fous. Je le laisse faire jusqu’à ce qu’il voit que ça sert à rien mais avec Tori, c’est différent. J’ai pas envie que ça la réveille.

Après plusieurs aller-retours et sommations, je me suis levée en furie, épuisée et je l’ai poussé de la porte qu’elle grattait. J’ai pas mesuré ma force, il a attéri dans les chaises.
Je m’en suis voulue instantanément et là, alors que jusqu’ici ça allait à peu près, j’ai éclaté en sanglots, à genoux, contre l’accoudoir du canapé.

J’entendais Josh ronfler dans la chambre, je voulais qu’il vienne me prendre dans ses bras...je me sentais incroyablement seule...
Mais quand je suis retournée au lit. Il avait pris toute la place, la couverture à lui et il ronflait comme un bienheureux. Tandis que moi, je ne trouvais pas le sommeil et j’avais les joues salées d’avoir trop pleuré.
À force de me tourner et retourner, je crois que je lui ai mis un coup ou je ne sais pas. En tout cas, ça l’a réveillé. Il m’a demandé ce qu’il m’avait fait pour mériter ça. Il m’a serré contre lui, caressé doucement le bras et j’ai réussi à m’endormir.

Mais, pas pour longtemps, avec le changement d’heure, Tori s’est réveillée un peu avant 5h.

Le Chat a continué à faire des siennes en m’entendant me lever pour donner le sein donc une fois Tori recouchée autour de 6h, je me suis levée pour qu’il arrête de miauler comme un damné.

Josh, lui, s’est réveillé à midi passé. J’ai tout géré seule...Tori s’est réveillée à 8h et n’a jamais voulu se rendormir jusqu’à...16h. Je piquais du nez pendant que je lui donnais le sein.
J’ai décidé d’aller dormir en même temps qu’elle.

Et...à 19h, Josh l’a laissé pleurer (ou pas entendu vu qu’il joue avec son casque...) jusqu’à ce qu’elle hurle vraiment. C’est ce qui m’a réveillé. Je me suis demandée s’il l’avait fait exprès pour pas s’en occuper et continuer à jouer tranquille.

Josh arrêtait pas de dire qu’il avait faim mais Tori voulait les bras et il ne m’aide pas...donc pas de repas.
Eh bah...il a commandé un mcdo. Je perdrais jamais de poids avec lui. Je ne m’étais pas trompé en disant que c’était mon plus grand défi.

Tori menait une lutte acharnée contre le sommeil. Elle s’endormait dans les bras et des qu’on la posait dans le lit, elle pleurait dans 5 minutes.
Josh l’a finalement prise pour que je puisse manger (à 22h) et....

...c’est là que tout a basculé…

Il me l’a redonne pour aller sur la console. Je fais les 100 pas dans le salon. Je vais pour la coucher. Josh avait oublié la veilleuse, elle fonctionnait plus. Je marche à tâton dans le noir pour aller à la télécommande de l’éclairage et boum !
Tori se prend une porte.
Josh avait laissé les portes du dressing grandes ouvertes.
Alors, pas de pleurs ni rien mais je panique. Je ferme les portes, j’allume vite les lumières. Rien. Mais Tori est réveillé et en me voyant apeurée se met à faire une petite mou avant de pleurer. Je demande à Josh de la prendre car je me sens mal.

Elle recrache du lait caillé.
Une fois.
Deux fois.

J’appelle le samu.

Ils me disent de surveiller toutes les 2h comment elle va. Inutile d’aller aux urgences, je m’inquiète sûrement pour rien.

Et là, j’éclate en sanglots. Josh m’engueule.
Pourquoi j’ai pas allumé l’éclairage central ? Pourquoi je l’ai pas posé avant d’aller à la télécommande ? Pourquoi les portes sont restées ouvertes ?

Bah parce que je voyais rien du tout. J’avais besoin de lumière. Et toi, pourquoi tu as zappé la veilleuse ? Et qui est allé se mettre en pyjamas d’abord ? C’est pas moi qui ait laissé les portes grandes ouvertes. Tu les fermes jamais. Et en plus, je suis exténuée, j’ai pas les idées claires. Je voulais juste la poser dans son lit et me coucher le plus vite possible.

"Et moi, je suis pas fatigué ? Je bosse quand t’es à la maison. On a pas le même boulot hein."

Il me ressort le sempiternel refrain "je bosse moi pendant que tu pouponnes". Tout ce qu’il entend quand je lui dis que je suis fatiguée, ce sont des accusations.

Je me suis beaucoup demandée pourquoi.

La réponse est pourtant tellement évidente.

Parce que, derrière ces mots, derrière ma fatigue, se cache sa culpabilité à rester inactif. S’il faisait l’effort de m’aider au lieu de passer 7h sur les jeux vidéos en rentrant du boulot (et je dis 7h au hasard, mais je suis sûre que c’est bien plus), ma fatigue serait grandement diminué.

Je n’ai pas pu dormir correctement non plus cette nuit là. J’ai regardé la TV jusqu’a 1h30 puis j’ai mis le minuteur et suis allée voir Tori dormir paisiblement deux heures plus tard jusqu’à la tétée de 5h30. Tout allait bien.

]]>
2023-04-11T18:48:57+02:00
https://fromnowon.journalintime.com/Guimauve Guimauve Chaque jour qui passe, je me rends compte que j'aime mon bébé de tout mon cœur. Quand Tori est née, je n'ai pas ressenti tout ça. J'étais en mode survie automatique. Je crois que j'avais éteins tous mes sentiments pour assurer mon nouveau rôle. Aujourd'hui, elle me regarde dans les yeux, elle me sourit, elle ronchonne et mon cœur fond d'amour. Quand je la regarde sourire dans son sommeil, elle me fait craquer. Et, quand elle pleure de chagrin, de peur, de maux, je m'en veux terriblement. Tout ce qui m'importe, c'est quelle soit heureuse. J'ai eu du mal à me dire que je devrais Chaque jour qui passe, je me rends compte que j’aime mon bébé de tout mon cœur.
Quand Tori est née, je n’ai pas ressenti tout ça. J’étais en mode survie automatique.
Je crois que j’avais éteins tous mes sentiments pour assurer mon nouveau rôle.
Aujourd’hui, elle me regarde dans les yeux, elle me sourit, elle ronchonne et mon cœur fond d’amour.
Quand je la regarde sourire dans son sommeil, elle me fait craquer.
Et, quand elle pleure de chagrin, de peur, de maux, je m’en veux terriblement. Tout ce qui m’importe, c’est quelle soit heureuse.

J’ai eu du mal à me dire que je devrais sacrifier certaines choses parce que je pensais réellement pouvoir tout concilier mais, ce ne sera jamais possible. Je le sais désormais.
J’aimerais que mon bébé puisse faire tellement de choses… La vision que j’ai de mon futur est complètement chamboulée.
Quitter la ville, le salariat, sacrifier le matériel pour offrir une meilleure vie à notre famille.

]]>
2023-04-03T14:57:30+02:00
https://fromnowon.journalintime.com/Social-Media-Pollution Social Media Pollution Je fais que de penser à Oprah parce qu'elle me pollue. Je ne parviens pas à me concentrer sur moi, mes objectifs, mes aspirations... Et pourtant, elle a pris de la distance depuis la naissance de Tori. Elle est sans cesse en train de me parler d'argent. Y a que ça dans sa vie. L'argent. Alors, bon, d'accord, elle pourrait me dire que moi, je ne parle plus que de Tori... Je me rends compte que je passe désormais beaucoup de temps sur WeMoms. Petit rituel quand Tori est au sein. Je ne ressens plus aucun intérêt pour les réseaux sociaux classique. Je me suis connectée rapidement sur Je fais que de penser à Oprah parce qu’elle me pollue. Je ne parviens pas à me concentrer sur moi, mes objectifs, mes aspirations… Et pourtant, elle a pris de la distance depuis la naissance de Tori.

Elle est sans cesse en train de me parler d’argent. Y a que ça dans sa vie. L’argent.
Alors, bon, d’accord, elle pourrait me dire que moi, je ne parle plus que de Tori…

Je me rends compte que je passe désormais beaucoup de temps sur WeMoms. Petit rituel quand Tori est au sein.

Je ne ressens plus aucun intérêt pour les réseaux sociaux classique. Je me suis connectée rapidement sur Instagram l’autre jour et tout me semble tellement vain, vide de sens, surfait.
J’avais l’habitude d’adorer ce compte avec des photos de voyages et jolies robes.

Au fil de ma grossesse, j’ai commencé à trouver ce compte totalement superficiel, hors de la réalité. Hors de MA réalité.

Aujourd’hui, quand je vois une énième photo de la Tour Eiffel depuis la rue de l’université avec une fille qui fait virevolter sa robe de bal, je suis blasée.
Ces vidéos avec des transitions créatives dans des lieux de rêve me paraissent être du réchauffé.

Ça ne m’intéresse plus. Tout est faux de A à Z. Cela ne m’apporte rien. De la frustration tout au plus.

Bref, tout ça pour dire que, je perds un temps affolant sur les réseaux.
Au début de l’allaitement, je révisais mon vocabulaire. C’etait très bien.

Il faut que je me resaissise. D’autant que j’ai tout à revoir à force de ne pas pouvoir réellement me camper dessus.
Je laisse toujours mon carnet de notes à proximité mais ne le consulte jamais, trop pressée de déverrouiller mon téléphone. C’est devenu une habitude.

Récemment, j’ai écouté le livre audio "The 12 Week Year". Ça m’a reboosté. J’avais décidé que le premier trimestre serait consacré à retrouver mon poids de forme mais c’est raté… J’ai vécu deux mois trop intenses émotionnellement pour faire quoi que ce soit d’autres que de me consacrer entièrement à Tori.

J’attaque la rééducation et j’aimerais coupler cela à une bonne alimentation.

Il faut juste que Josh gère Tori pendant que je cuisine. Et ça, c’est pas gagné. Je dirais même que, le défi, c’est pas de bien manger, c’est de convaincre Josh de m’en laisser le temps.

]]>
2023-03-28T09:02:22+02:00
https://fromnowon.journalintime.com/Encore-un-peu-de-repit Encore un peu de répit Quand j'entends les mamans dirent qu'elles donnent le biberon toutes les 4 heures, que leur bébé sieste pendant 3h le matin et l'après-midi... j'ai envie d'arrêter l'allaitement direct. J'adore ces petits moments que nous avons toutes les deux mais je me sens également très contrainte et prisonnière. Heureusement que Tori fait de bonnes nuits mais...elle ne dort plus que très peu la journée depuis 3 bonnes semaines. C'est même pire depuis la visite de la belle famille. C'est un rythme intense. Josh est sur les nerfs car je salis et dé-range la maison... Il se plaint de ranger à Quand j’entends les mamans dirent qu’elles donnent le biberon toutes les 4 heures, que leur bébé sieste pendant 3h le matin et l’après-midi… j’ai envie d’arrêter l’allaitement direct.

J’adore ces petits moments que nous avons toutes les deux mais je me sens également très contrainte et prisonnière.

Heureusement que Tori fait de bonnes nuits mais...elle ne dort plus que très peu la journée depuis 3 bonnes semaines.
C’est même pire depuis la visite de la belle famille. C’est un rythme intense.
Josh est sur les nerfs car je salis et dé-range la maison… Il se plaint de ranger à l’infini. Il réalise doucement ce que j’ai pris en charge durant tout ce temps… Même si...je rangeais majoritairement...mon propre bordel.

Je sais pas comment on va s’en tirer quand je vais reprendre le boulot. Ça m’angoisse beaucoup.

À cela s’ajoute ce corps qui me degoute. Mais, il faut l’admettre, je n’arrive pas me défaire de mes émotions quand il s’agit de nourriture. J’avale mes angoisses, je déglutis mon dégoût.

----- Plus tard...

Voilà, j’ai posé mes congés. Il me reste un petit mois avant de reprendre la vie active. Tori aura 3 mois. Je prépare le dossier d’admission à la crèche, elle y rentrera définitivement à la mi-mai. Je crois que ce sera difficile pour moi de la laisser…

Je croyais que j’avais hâte de reprendre le boulot mais l’autre jour, la DG a pris contact avec moi. Ma remplaçante ne sait pas gérer les actionnaires et certaines déclarations à la DGFIP n’ont pas été faites dans les délais. Normalement c’est à la compta de s’en charger mais comme l’ancienne responsable était incompétente, ça avait fini par atterrir chez moi, le couteau suisse.
Souvent, je me dis que c’est pénible de n’être spécialiste de rien. Mais en vérité, pour une entreprise, c’est du pain béni d’avoir quelqu’un qui connaît TOUS les domaines et sait se démerder.
Quoi qu’il en soit, ce coup de fil m’a fait prendre conscience que ce n’est pas réellement le travail qui me manque. Non. Ce job me saoule toujours autant.
Ce qui me manque, c’est une activité en dehors de la maison.

On a un second gros évènement en Août. Je dois ABSOLUMENT retrouver la ligne d’ici là. J’ai aucune envie d’immortaliser ma prise de poids à l’occasion de cet évènement. Je veux vite finir ma rééducation et aller à la piscine.

En vérité, j’ai même pas envie de faire la rééducation périnéale comme le gyneco trouvait que j’étais pas mal mais c’est important quand même. Je ne trouve aucun créneau qui fonctionne avec notre emploi du temps.

Il faut vraiment que je soigne mon alimentation. J’ai préparé mes menus et fait quasiment toutes les courses. Faut juste que...j’y arrive niveau temps.

]]>
2023-03-16T12:06:13+01:00
https://fromnowon.journalintime.com/Liberte-retrouvee Liberté retrouvée Je ne pense qu'à manger. En réalité, c'est parce que... c'est le seul moment où je peux faire une pause et penser à moi. Ces carrés de chocolat engloutis, c'est mon unique moment de décompression. À la place, je kifferais bosser sur mes cours. J'ai déjà un mois de retard. Ou refaire un petit peu de peinture. D'ailleurs, je m'étais inscrite à des ateliers la semaine prochaine, j'espère que Josh voudra bien me libérer. J'ai à la fois hâte de retourner au bureau et en même temps, pas du tout. Je crois que j'aurais le sentiment d'une liberté retrouvée avec le travail. Je Je ne pense qu’à manger. En réalité, c’est parce que… c’est le seul moment où je peux faire une pause et penser à moi. Ces carrés de chocolat engloutis, c’est mon unique moment de décompression.

À la place, je kifferais bosser sur mes cours. J’ai déjà un mois de retard.
Ou refaire un petit peu de peinture. D’ailleurs, je m’étais inscrite à des ateliers la semaine prochaine, j’espère que Josh voudra bien me libérer.

J’ai à la fois hâte de retourner au bureau et en même temps, pas du tout.

Je crois que j’aurais le sentiment d’une liberté retrouvée avec le travail. Je m’imagine en pause déjeuner, à bûcher sur de nouveaux points de grammaire. J’aimerais pouvoir faire du sport sur ce moment là mais on n’a pas de quoi se laver au bureau et je suis du genre à beaucoup transpirer.

Idéalement, je voudrais que, quoi qu’il se passe, je me garde un créneau pour le sport, la danse, la peinture et les cours.

Ça fait peut-être beaucoup ?

J’ai évoqué brièvement le sujet avec Josh. C’est la première fois depuis la naissance que nous avons une discussion qui ne se termine pas en reproche. J’ai réellement pu exprimer mes sentiments et soigneusement éviter de d’évoquer son manque de volonté à m’apporter son aide parce qu’il y a du mieux.
Il me voyait sur le canapé, le regard dans le vide alors que Tori tétait depuis 40 bonnes minutes pour la énième fois dans la journée.

"A quoi tu penses ?
- À ce que je vais faire quand elle va dormir une vingtaine de minutes tout à l’heure.
- Tu as envie de faire quoi ?
- Beaucoup trop de choses.
- Tu as l’air triste.
- Oui. L’allaitement, c’est difficile. Je me sens vraiment privée de ma liberté. Je n’ai aucun moment à moi pour faire ce que j’aime. Je ne fais que m’occuper de la maison et j’en ai marre.
- Si je pouvais donner le sein, je le ferais tu sais...
- Ça me fait peur pour quand je vais reprendre le travail. Déjà maintenant, en congé, je ne vis plus alors quand je vais bosser toute la journée, j’ai peur de pas tenir le coup...
- Oh "tu vis plus"...tu exagères !
- Ça fait 2 semaines que tu es là. Qu’est-ce que tu m’as vu faire pour moi ?
- Bah...tu t’es mis de la crème...t’as...fait tes exos.
- Ce sont 2 trucs que je suis obligée de faire si je veux récupérer. Quoi d’autres ?
...."

Au final, j’ai lancé Just Dance mais au moment où j’ai enfilé la dragonne, Tori s’est réveillée. J’ai regardé Josh et il a pris le relais, un peu à contre cœur.
J’ai mis le chrono en route et j’ai poussé jusqu’à 25 minutes. Ensuite, je l’entendais perdre patience.

Quoi qu’il en soit, ça m’a fait énormément de bien. C’est un bon début !

Je crois, surtout, que je ne dois pas attendre qu’il fasse sa part, je dois lui DIRE. Sinon, il se passe rien, il reste dans son monde de jeu vidéo.

]]>
2023-03-06T13:41:00+01:00
https://fromnowon.journalintime.com/Langue-de-belle-mere Langue de belle-mère La visite des grands-parents a été assez ...chaotique. J'ai acquiescé aux mauvais conseils de Mamie. "Laisse la pleurer", "Arrête de la prendre dans tes bras", "faut lui donner la tétine, t'as qu'à la tremper dans du miel", "le débit des tétines 1 de ton biberon est trop rapide, il faut des réglables.", " tu fais pas chauffer ton lait au micro ondes ?". Je crois que la prochaine fois, je lui dirais que je fais comme je veux. Au pire, on fera une erreur comme tous les parents, on apprendra, on regrettera et puis voilà... Je connais personne qui, à l'âge adulte a encore besoin de La visite des grands-parents a été assez ...chaotique.

J’ai acquiescé aux mauvais conseils de Mamie.
"Laisse la pleurer", "Arrête de la prendre dans tes bras", "faut lui donner la tétine, t’as qu’à la tremper dans du miel", "le débit des tétines 1 de ton biberon est trop rapide, il faut des réglables.", " tu fais pas chauffer ton lait au micro ondes ?".

Je crois que la prochaine fois, je lui dirais que je fais comme je veux.
Au pire, on fera une erreur comme tous les parents, on apprendra, on regrettera et puis voilà...
Je connais personne qui, à l’âge adulte a encore besoin de téter et adore qu’on le laisse chialer dans un coin sans être réconforté.

Elle trouve à redire sur absolument tout.
C’est usant.

Josh était stressée. Anxieux.

Et, en réalité, leur venue dans un moment tel que celui-ci m’a éclairé sur beaucoup de choses concernant Josh.

Avant qu’ils arrivent, il a briqué l’appartement. Même les endroits improbables.

Sa mère, en arrivant, a passé la main sur l’étagère des figurines. Elle a regardé les dates de péremption dans le cellier, regardé comment était rangé notre placard à serviettes de bain...et puis, elle a râlé qu’on mangeait trop tard, que je tardais trop à me laver.

- Bah tu croyais quoi ? Notre rythme est calé sur Tori. Sinon, mangez mais nous on s’occupe d’elle..
- Moi, je gardais notre emploi du temps, surtout avec ton frère, il fallait quand même s’en occuper.
- C’est bien mais nous, on a pas besoin, on a pas d’autre enfant."

En plus, elle venait de nous dire que Josh était un bébé calme qui ne pleurait jamais. Il mangeait et dormait. Il a fait ses nuits directement. Ça facilite la tâche…

Le besoin de Josh d’une maison clean, ça vient d’elle. Mais y a une différence entre une mère au foyer qui laisse ses enfants à l’école toute la journée et un couple qui bosse.

Tori vient de passer un gros pic de croissance. Heureusement qu’ils étaient pas là à ce moment là !

Il a une très nette différence entre l’avant et l’après. Elle commence à nous faire des petits sourires et elle a prononcé ses premiers "areu" ! Trop mignonne

]]>
2023-02-28T11:27:27+01:00